La Préparation : devenir parent d’un enfant adopté


image droite La préparation « Devenir Parent(s) d’un ou plusieurs enfants adoptés » comporte 3 ateliers*:

  • Atelier 1 : Le développement de l’enfant
  • Atelier 2 : Le lien et sa construction
  • Atelier 3 : Accueillir un enfant et vivre avec lui

Chaque atelier, animé par 2 intervenants, dure 4h, la session est de 12 heures, les dates étant fixées à l’avance.

La préparation est prévue pour un maximum de 12 à 15 participants.

*Attention : le choix d’une session entraîne l’obligation de respecter les dates, il n’est pas possible de choisir les ateliers dans des sessions différentes.

Voir l’agenda

Une attestation personnelle de participation est délivrée sur demande.

Je souhaite recevoir la lettre d’information :

 

Fanny Cohen Herlem intervient dans le film
de  Gilles de Maistre :
ADOPTE-MOI – Mai Juin Productions
Extrait : être capable d’adopter un enfant…

Henri, lors de sa cérémonie de départ de Guié,
dans les bras de Marthe –Burkina Faso –
Extrait : du film de Gilles de Maistre :
ADOPTE-MOI – Mai Juin Productions

Atelier 1 : le développement de l’enfant

Par le Docteur Anne de Truchis de Lays accompagné par un intervenant, membre d’Alpa – Le Fil d’Or

Dès la vie fœtale, le petit d’homme est marqué par son environnement sonore, tactile, lumineux, l’accouchement constituant le premier bouleversement sensoriel extra utérin. Pour comprendre un enfant et pour se constituer des repères développementaux, il est nécessaire de remonter aux sources.

Cet atelier se propose de brosser les grandes lignes du développement et des acquisitions sensorielles cognitives, motrices du fœtus, du nouveau né, du nourrisson et de l’enfant puis de les mettre en parallèle avec les évolutions psycho- affectives qui donnent tout son sens au terme « développement psycho-moteur ».

Nous allons donc évoquer les avatars de l’évolution d’un enfant en carence de soin, en carence affective et en carence de stimulation, et découvrir ensemble des repères pour savoir comment déceler ces symptômes souvent méconnus ou mal interprétés et comment les penser pour mieux aider l’enfant.

Nous ferons une place à l’enfant né prématuré, et à l’enfant porteur d’une maladie chronique ou d’un handicap. Dans ce contexte de fragilité, il faut réfléchir aux modalités de garde de l’enfant et au début de sa scolarité, moments importants qu’il faut aménager pour que l’enfant ne soit ni insécurisé ni stigmatisé.

Comme pour toutes les thématiques, nous tenterons de nous ajuster au plus près de l’expérience des participants pour aider à la compréhension des besoins et des potentialités de l’enfant, grâce à un étayage de connaissances scientifiques.

Atelier 2 : le lien et sa construction

Par le Docteur Marie-Odile Pérouse de Montclos accompagné par un intervenant, membre d’Alpa – Le Fil d’Or

Le développement des liens affectifs entre l’enfant adopté et ses proches, la dépendance de l’enfant à son environnement et sa vulnérabilité « de tout petit » rendent indispensables pour lui la construction de liens solides et continus avec ses proches dès son plus jeune âge afin de lui garantir un développement psychologique et affectif de qualité.

Cet atelier se propose donc d’analyser comment peuvent se construire ces liens d’attachement pour l’enfant en situation d’adoption.

Il s’agit, ici, de visiter ensemble, un certain nombre d’aspects essentiels à connaître sur les besoins d’attachement de l’enfant, sur les modalités de construction de ses liens et les facteurs pouvant influencer celles-ci du côté de l’enfant comme du côté des parents.

Nous verrons comment l’environnement (les changements, les ruptures, le sociétal, le culturel, l’institution) peut avoir un impact favorable ou au contraire négatif dans cette construction.

Nous aborderons  le rôle essentiel des parents adoptants dans ce contexte.

Atelier 3 : accueillir un enfant et vivre avec lui

Par le Docteur Fanny Cohen Herlem accompagné par un intervenant, membre d’Alpa – Le Fil d’Or

Cet atelier a plusieurs objectifs. Il s’agit ici de comprendre les enjeux psychiques et relationnels de l’adoption en tenant compte de l’histoire de l’enfant (séparations, place des parents biologiques, vie en orphelinat, existence d’une fratrie, placements divers, traumatismes liées aux séparations et à la perte des repères acquis au moment de l’adoption, etc.). Les futurs parents sont invités à appréhender les besoins spécifiques de l’enfant et imaginer comment y répondre. Ceci nécessite une sensibilisation aux carences de tous ordres et aux troubles éventuels qui leurs sont secondaires.

Chacun sait, par ailleurs, combien la première rencontre est source d’inquiétudes et mobilise adultes et enfants sur le plan émotionnel. Il faut donc s’y préparer, tout en sachant que cette rencontre ne préjuge pas obligatoirement des suites de la relation.

L’arrivée « à la maison » et le retour en France, en cas d’adoption internationale, sont des périodes aussi sensibles. Il faut bien imaginer une continuité entre l’avant et l’après et réfléchir à cette adaptation réciproque, dont on sait qu’elle prend du temps. De plus cette notion de temps est différente pour les adultes et les enfants.

Le pari, pourrait donc être, pour finir, de laisser de côté, la question de l’adoption pour se sentir pleinement parents d’un enfant, l’entendre et « faire famille ».